La respiration, base de la méditation

Qu’est-ce que la pleine conscience de la respiration ?
La respiration est un processus biologique. Ce processus vital nous permet d’approvisionner l’organisme en oxygène. L’inspiration et l’expiration sont les deux mouvements de la respiration. Ils sont contrôlés par le système nerveux autonome. L’inspiration s’effectue grâce à la contraction du diaphragme. Quant à l’expiration, il correspond au relâchement musculaire, ainsi qu’à la sortie d’air des poumons.

Bien respirer c’est bien vivre
Respirer est donc loin d’être un acte banal… D’un point de vue entièrement psychologique, la relation entre respiration et état émotionnel n’est plus à démontrer, et ce depuis très longtemps. Il a effectivement été prouvé que les Grecs considéraient la respiration comme le médiateur entre l’âme et le corps. Ils nommaient cela « la sagesse du souffle ». Quant aux Indiens, ils considéraient l’air comme une source naturelle d’énergie et de bien-être. Aussi loin qu’on remonte, on constate que la respiration c’est tout simplement la vie.

Vivre en pleine conscience
Pour reprendre la définition du professeur Jon Kabat-Zinn, le père fondateur de la mindfulness, « La pleine conscience signifie diriger son attention d’une certaine manière, c’est-à-dire délibérément, au moment présent, sans jugement de valeur sur l’expérience vécue ». La pratique de la pleine conscience c’est une pratique de l’éveil. Dans le cadre de la pleine conscience, diverses techniques sont mises en évidence, principalement la pratique de la méditation sur la respiration. Aujourd’hui, beaucoup d’études scientifiques valident l’efficacité et les bénéfices de la pleine conscience, essentiellement sur les angoisses, le stress, l’insomnie, les douleurs chroniques. Le mal-être engendré par notre vie agitée a trouvé sa solution. Cette pratique nous apporte un apaisement mental grâce à la libération des flux d’énergie bloqués dans notre organisme. La pleine conscience, considérée comme la troisième forme de sagesse, tire son enseignement du bouddhisme.

La pleine conscience de la respiration
Emplir ses poumons d’airs ne suffit pas pour définir une bonne respiration. Sur les 15 000 respirations par jour effectuées, il est important d’en réaliser quelques-unes en pleine conscience afin d’en retirer les bienfaits. La pleine conscience de la respiration permet de relier notre esprit à notre corps. La pratique de la pleine conscience de la respiration est sans aucun doute, la technique méditative la plus puissante. Elle apporte un bien-être, à la fois psychologique et spirituel. La vie sociale modifie malgré nous, notre respiration, à la base si naturelle. Le stress, les maladies, les angoisses chroniques entrainent une mauvaise oxygénation de l’organisme. Une bonne respiration permet d’éliminer les tensions et de corriger les mauvaises habitudes. Il est important d’apprendre à respirer avec l’abdomen et de faire de cette pratique, une technique quotidienne et consciente.

Les différents effets de la pleine conscience de la respiration
Grâce à la technique de la pleine conscience de la respiration, de nombreux phénomènes ont été observés, mais aussi scientifiquement prouvés. La respiration maitrisée permet d’en un premier temps de diminuer son stress. On remarque également que les angoisses sont apaisées, le sommeil est plus régulier, la sensibilité sensorielle est plus développée. On sait aussi que le flux sanguin ainsi que le liquide lymphatique sont plus réguliers. Enfin, on peut espérer améliorer notre concentration, nos facultés mentales et intellectuelles, et retrouver calme et plénitude.

 

la marche et la méditation de pleine conscience